Philosophons avec nos enfants !

En ces temps troublés, prenons le temps de philosopher avec nos enfants, offrons-leur des oasis de lecture et de pensée.

Aimer les histoires, aimer se plonger dans les mondes de l’imaginaire est universel. Toutes les civilisations inventent des récits qui ont pour fonction, à la fois de nous divertir de la réalité (de nous amuser, de nous aider à oublier nos soucis…) mais aussi, au contraire, de mieux donner sens à notre expérience de la vie. Car il n’y a pas d’âge pour se poser des questions philosophiques et, très jeunes, face une expérience humaine fondamentale qu’on appelle « l’étonnement devant le monde », les enfants nous interpellent sur la condition humaine et les relations sociales.
La lecture d’albums instaure une bonne distance pour aborder avec délicatesse et humour les grandes questions que l’enfant se pose et l’aide à résoudre ses peurs. Les livres sont comme des amis : ils nous font voyager mais nous aident aussi à grandir, à mettre des mots sur nos émotions, à mieux les apprivoiser.

Pourquoi la différence peut-elle faire peur ?

Nous sommes tous à tel point différents les uns des autres que nous pourrions faire un inventaire à la Prévert de ces différences : les yeux, la taille, les vêtements, la religion, l’âge, le sexe, le lieu de naissance, le lieu de vie, les cheveux, le caractère, les goûts, les métiers et ainsi de suite à l’infini. Nous sommes tous infiniment différents les uns des autres car nous sommes des êtres singuliers. On peut même dire que nous sommes uniques !

Les petits moments de réflexion philosophique avec les enfants seront l’occasion de creuser la distinction entre différence et inégalité : être différent de l’autre ne signifie pas que nos différences, non seulement n’entraînent pas de hiérarchie mais constituent même une richesse : notre caractère unique détermine notre dignité d’être humain, notre côté original et irremplaçable.

De plus, il est important de dépasser cette multitude de dissemblances pour rechercher ce qui nous unit au-delà de cette diversité. Nous avons tous des visages différents, mais nous avons tout un visage ! Nous avons tous des maisons différentes, mais nous avons tous des maisons ! nous avons tous des goûts différents mais nous avons tous des passions ! Nous avons tous une date de naissance, une famille, un mode de vie, etc. Le principe de la fraternité nous invite à penser qu’au-delà de toutes nos différences particulières et accidentelles - que notre naissance et notre culture ont développées - nous sommes tous unis par le lien d’appartenance à l’Humanité.

Un autre très bel album de l’école des loisirs : Sept milliards de visages, de Peter Spier illustre cette idée de Fraternité. L’ouvrage est construit comme un documentaire sur la beauté et la richesse des diversités culturelles. Mais au-delà justement de toutes ces différences particulières, l’album montre les liens qui unissent les Hommes : nous avons tous besoin de manger, de jouer, de construire des maisons, de nous habiller, d’élaborer des lois et des règles pour vivre ensemble, nous aimer, nous disputer, nous réconcilier. Toutes ces façons de vivre sont certes très diverses selon les peuples mais elles répondent toutes à la spécificité de notre condition humaine qui nous unit au-delà de toutes ces différentes particulières.

La différence

Jean de la Lune, de Tomi Ungerer

« Regardez bien : il y a un bonhomme pelotonné dans la boule argentée de la Lune. C’est Jean. Un jour, en attrapant la queue d’une comète, il est venu en voyage sur la Terre. Il y a vécu des heures de frayeur et de bonheur, et il y a fait une rencontre extraordinaire. Voici son histoire.»

Pourquoi la différence peut-elle faire peur ?

Le philosophe grec Platon recommandait d’organiser des banquets pour philosopher. La philosophie peut être une activité très conviviale où l’on prend du plaisir à penser et réfléchir ensemble autour d’un bon repas. Nous pouvons donc organiser des « goûter philo » autour de gâteaux, de jus de fruits ou de chocolat chauds !

Jean le lunien, naïf, doux et pacifique, débarque sur la terre. Il fera la décevante expérience de l’intolérance et de la bêtise des hommes. Pourchassé par l’armée, les journalistes et des hordes de curieux, emprisonné, il préférera retrouver sa solitude plutôt que d’affronter l’absurdité de normes sociales fondées sur un pouvoir arbitraire et autoritaire.

Jean de la Lune permet d’aborder de façon symbolique la notion de préjugés et de peur de la différence. Les hommes rejettent Jean de la Lune et le condamnent simplement parce qu’il est différent sans chercher à connaître ses intentions, sans chercher à savoir s’il est dangereux ou non et ce qu’il cherche vraiment en venant sur Terre. Si les hommes avaient pris le temps de lui parler, de faire sa connaissance, de l’écouter, ils auraient vite découvert que Jean de la Lune était totalement inoffensif et qu’il ne cherchait que l’amitié et la compagnie des hommes.

Jean de la Lune est rejeté parce qu’il vient d’ailleurs. Il est victime de l’arbitraire des préjugés et du rejet de l’autre en tant qu’autre, de la peur injustifiée et arbitraire de l’inconnu. En ce sens, il nous donne une occasion magnifique et poétique de réfléchir sur les notions de respect et de tolérance.

Voici quelques activités philosophiques à partir d’albums jeunesse :

Au fur et à mesure de la lecture, se poser les questions suivantes :
Pourquoi Jean de la Lune veut-il venir sur la terre ?
Pourquoi les Hommes le mettent-ils en prison ?
Pourquoi les hommes pensent-ils que Jean de la Lune est dangereux ? Ont-ils raison ?
Pourquoi réagissent-ils comme cela ?
Que pensez-vous de la réaction des Hommes ?
Jean de la lune a-t-il raison de repartir chez lui ?
Qu’est-ce qu’un « préjugé » ? Donnez des exemples.
Qu’est-ce que cette histoire nous apprend sur les préjugés et la différence ?

Inventaire à la Prévert des différences

Faire la liste de toutes les différences possibles entre les êtres humains, les illustrer par des dessins.

Un dessin en s’inspirant de l’album

À la manière de la double page où Jean de la Lune s’aventure dans un bal masqué, dessine le carnaval des différences.

Un carnaval à la maison !

Organiser un bal de carnaval à la maison ! On prend tout ce qu’on trouve sous la main, on se déguise, on met de la musique et on danse !

La carte des habitants de l’Univers

Dessiner une cartographie des habitants de l’Univers (se renseigner sur la température qui règne sur les différentes planètes, sur les conditions de vie).
Dessiner les habitants, leurs maisons, leurs environnements.

Le/la Martien(e) (habitant-e de Mars)
Le/la Saturnien(e) (habitant-e de Saturne)
Le/la Soleilen(e) (habitant-e du Soleil)
Le/la Neptunien(e) (habitant-e de Neptune)
Le/la Mercurien(e) (habitant-e de Mercure)
Le/la Vénusien(e) (habitant-e de Vénus)
Le/la Uranisien(e) (habitant-e d’Uranus)
Le/la Terrien(e) (habitant-e de la Terre)

Ces pistes de réflexion philosophique ont été réalisées par Edwige Chirouter, Maitre de Conférences. HDR. Université de Nantes. ESPE Le Mans (CREN). Philosophie. Titulaire de la Chaire UNESCO/U. de Nantes, « Pratiques de la philosophie avec les enfants, une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ».