Thème « secrets de famille »

Neuf / 9782211082631 / 0.00 € / Disponible

Et revoici Émilien, le héros de « Baby-sitter blues » ! Sa mère pense qu'il manque cruellement d'un modèle identificatoire masculin. D'un homme, quoi. D'un père. Lui qui n'a même pas une photo du sien. Aussi, tandis qu'elle essaie en douce de refaire sa vie, elle envoie Émilien en vacances chez son oncle Marc, beau gosse, sportif, tellement dans le coup qu'il en est fatigant pour un adolescent. Mais, quand Émilien commence tout juste à le supporter, sa mère le rappelle d'urgence : Martial, le père inconnu, vient de mourir en laissant un tas de pièces d'or, sesterces, écus... accumulés en écumant les bords de Loire. Martial était joueur : Émilien doit se montrer digne de son héritage en traversant un véritable jeu de piste pour le retrouver, avec messages codés, pièges et rebondissements. Escorté de Valentin, l'énigmatique frère de Martial, Émilien va croiser sur sa route des vieilles dames qui font tourner les tables, un curé pendule et un moulin fantôme ! Alors, ce trésor, on va le chercher ?

Neuf / 9782211084666 / 0.00 € / Disponible

Nous vivions à Paris dans un trois-pièces tout moche quand une lettre mystérieuse est arrivée, avec un kangourou sur le timbre rose et vert. Maman venait d’hériter d’un cousin australien inconnu : la fortune et une splendide maison à Barbizon… Le déménagement éclair, le bonheur, la forêt, les peintres, les nouveaux amis, à nous la belle vie ! Mais hasard ou coïncidence ? Voilà que j’apprends que, rien que dans mon école, deux autres enfants viennent de vivre la même aventure. Un parent éloigné qui meurt, l’héritage, l’installation à Barbizon.
Et puis encore un autre… Il y a de quoi former un club. Et mener l’enquête. D’autant qu’il se passe de drôles de choses dans une maison abandonnée, à l’orée de la forêt…
 

Neuf / 9782211090384 / 0.00 € / Disponible

Léopold et ses cousins sont en mal de grand-père… Le vieux Walter est mort trop vite et trop tôt après avoir révélé son existence à sa nombreuse descendance (Le paradis d’en bas, tome 1). Depuis, personne dans sa grande famille n’a eu le courage de s’occuper de ses biens.
Sa maison est restée telle quelle, comme s’il allait revenir, comme s’il existait encore… Alors, quand Léopold apprend que le fantôme de Walter rôderait dans son ancienne demeure, il est à peine surpris.
Et si le spectre de Walter était revenu passer un peu de temps avec sa famille ? Et si ce n’était pas son fantôme ? Et s’il n’était jamais mort et qu’il jouait un tour à sa façon ? Et si ce n’était pas Walter ?
Il est temps de réactiver le Club des héritiers détectives et d’aller mener une petite enquête dans l’au-delà. C’est sûr, le CHD, lui, n’est pas mort !

Neuf / 9782211200936 / 0.00 € / Disponible

Tim a disparu. Après son cours d’équitation, il n’est pas rentré chez lui. Le clan Soshimof est en émoi. Léopold, Holly et Manon, les cousins et meilleurs amis de Tim, se posent des questions. Que s’est-il passé ? Tim supportait de moins en moins les remarques incessantes de sa mère, surnommée la méprisenfants par Léopold. « Si ma mère continue, j’me casse », a même dit Tim à Léopold quelques jours avant sa disparition.
Tim a-t-il fait une fugue ? Où a-t-il bien pu aller ? Et pourquoi le pur-sang Oxbow du Grazon a-t-il disparu en même temps que Tim ? Que cache Magali, la responsable du poney club ?
Pour résoudre ces questions, Léopold, Manon et Holly reforment le Club des Héritiers Détectives. Mais sans Tim, le quatrième membre, la tâche s’avère difficile.
À moins que leur grand-oncle Walid ne leur prête main-forte…

Neuf / 9782211085397 / 0.00 € / Disponible

« Je crois qu'un jour j'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas. Et ce jour-là, j'ai eu peur que mes parents ne veuillent plus être mes parents. »
Depuis ce fameux jour, Agathe ne parle plus. Pas un mot. À la maison, ses parents répondent désormais à sa place et, à l'école, elle se contente d'avoir de bonnes notes. Tout pourrait continuer ainsi, Agathe serait réfugiée pour toujours dans son jardin de silence. Mais certains événements viennent troubler la quiétude de son refuge. D'abord, Nicolas, le garçon qui la terrorise, a un accident de scooter, ensuite, Agathe repense à un secret de famille, un secret qu'elle avait mis de côté mais qui pourrait bien avoir un rapport avec son silence. Peu à peu, l'envie de parler revient, urgente et obsédante...

Neuf / 9782211091794 / 0.00 € / Disponible

Mon prénom est Lou. Mais lorsque j’étais petite, on m’appelait « Miss Catastrophe ». C’est bien simple : je fais gaffe sur gaffe. C’est plus fort que moi : je ne peux pas m’empêcher de dire ce qu’il ne faudrait pas dire. C’est ainsi que mes parents se sont disputés dernièrement avec certains de leurs amis. C’est ainsi également que Marine (ma meilleure amie) a décidé de se venger de moi et d’aller séduire Pablo dont je suis secrètement amoureuse.
Pourquoi tant de haine ? Il faut dire que mon jeu préféré, c’est écouter aux portes lorsqu’on me croit endormie. Confortablement installée (avec oreiller et couette, cela va sans dire), j’écoute les conversations des adultes. Sauf que là, j’ai entendu quelque chose de très grave. Quelque chose que j’aurais préféré ne jamais avoir entendu. Et cette fois je vais devoir me taire. Vraiment. Même si, parfois, il y a des secrets bien trop lourds à porter pour une fille de 12 ans.


LA FRESQUE DE LOU
Lou n’est pas une nouvelle venue sous la plume de Kéthévane Davrichewy. On la suit depuis Ma maison hantée, Les grosses lettres ou encore J’aurai une ferme en Afrique.

Qui est Lou ? Un jour, le docteur a dit qu’elle était « asthmatique ». Et puis « allergique » (à la poussière, aux plumes, aux animaux…). Et encore (pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?) « phobique ». Ce qui veut dire qu’elle a peur. Du noir, des araignées, des forêts profondes et des greniers… Bref, comme dit son cousin Arthur, « elle n’est pas très normale ». Une petite fille passablement angoissée. Et silencieuse. Parce que parler de tout ça, c’est trop difficile. Alors Lou a choisi le silence. Ainsi file son enfance : à se demander quand est-ce qu’elle va pouvoir se confier à quelqu’un et savoir y faire avec ses peurs, avec la parole…
Dans Les grosses lettres, Lou vient de perdre sa grand-mère et le silence devient décidément trop lourd. Alors elle lui écrit des lettres, une façon d’apprivoiser les mots et l’absence. Dans J’aurai une ferme en Afrique, Lou rencontre Fanny, qui va devenir une amie précieuse. Avec elle, elle va découvrir plus avant les baumes de l’amitié, des longues conversations, des rêves en partage…
Aujourd’hui, Lou a grandi, elle a 12 ans et cette jeune fille autrefois taiseuse, toujours plus ou moins à l’écart, sait utiliser les mots comme sa meilleure arme. En effet, les mots ont un pouvoir magique : ils donnent le change, tel un masque ; grâce à eux, on peut cacher toutes ses peurs, toutes ses angoisses et passer pour une fille… détendue et normale. Du coup, Lou s’est habituée à beaucoup parler, elle bavarde tout le temps.
Mais – revers de la médaille, on s’en doute – elle parle trop, et elle fait gaffe sur gaffe…
On l’appelle « Miss Catastrophe ».

Les mots. Une affaire de littérature par excellence. C’est bien ce qui occupe Kéthévane Davrichewy lorsqu’elle nous conte l’enfance et l’adolescence de Lou. « Lou représente ma face cachée ! », confie l’auteur. « Il y a une Lou en moi, dissimulée derrière la fille extravertie et joyeuse. Elle est l’incarnation de toutes mes peurs. » Je est un autre. Forcément. C’est bien ça (entre autres choses) qu’un écrivain explore dans l’écriture. Et l’on comprend que Kéthévane Davrichewy aime à suivre Lou d’année en année : « À cause de Lou, il se passe toujours quelque chose. » Ce pourrait être la définition même d’une héroïne de roman. Quoi qu’il en soit : pas de doute, c’en est une. Aujourd’hui Les pieds dans le plat vient ajouter sa pierre âpre et lumineuse à… la « fresque de Lou ».

Neuf / 9782211083225 / 0.00 € / Disponible

Dans quelques jours, Finn aura seize ans et il devra partir pour la forteresse de Lur, où les Vénérables Maîtres lui apprendront la sorcellerie. Car Finn est le fils bâtard de Miricaï, le plus grand et le plus mystérieux de tous les sorciers. Il n'a jamais vu son père, mais il est sûr d'avoir hérité de ses dons. D'ailleurs, personne n'en doute. Mais pour l'instant, c'est une fête qui attend Finn, le « Wexeliendfui'unfodemthhglyigframftieth », dit le Wex, la Fête du Mot Imprononçable... Indice concours... lisez ou relisez le livre !

Neuf / 9782211224802 / 0.00 € / Disponible

« Au milieu de l'escalier, j'ai stoppé net, arrêté par un silence inhabituel. Sans faire de bruit, je me suis faufilé dans la salle à manger. J'ai laissé la lumière éteinte et je me suis posté dans l'axe du passe-plat, un peu en arrière, pour rester dans le noir. De là, on voit toute la cuisine. Et j'ai vu. J'ai vu mon père et ma mère serrés l'un contre l'autre près de l'évier et qui sanglotaient. Jamais je n'avais imaginé que mon père avait des yeux qui pleuraient. » 
C'est comme ça, seul dans le noir, en regardant sa famille pleurer, que Marcel apprend que son frère aîné est malade du sida. Qu'il va mourir. Et c'est à partir de cet instant que lui, Marcel, P'tit Marcel comme ils disent, doit faire comme s'il ne savait rien.
Retrouvez Marcel dans L'Affaire P'tit Marcel et dans Mon coeur bouleversé. Mais Marcel fait aussi sa guest-star dans C'est plus fort que moi...

Neuf / 9782211227872 / 0.00 € / Disponible

Le téléphone n’arrête pas de sonner. Armande est seule à la maison et elle est terrifiée. Elle sent la présence d’agresseurs invisibles derrière chaque porte, elle entrevoit des pièges courir le long des murs. À treize ans, c’est la première fois qu’elle accepte de se garder toute seule, sans baby-sitter. Elle a promis qu’elle n’aurait pas peur, mais elle ne peut s’empêcher de calculer le nombre de secondes pour arriver jusqu’au téléphone situé dans l’entrée.
Au bout du fil, Esther, sa grande soeur, la supplie de voler pour elle la jolie pochette brodée de maman. Peut-être est-elle cachée dans cette valise que leur mère range sous son lit ? Armande progresse lentement vers la chambre, puis jusqu’à la valise. Celle-ci ne contient que des lettres. Elle reconnaît l’écriture de son père, volatilisé depuis huit ans. Bizarre ! La dernière lettre remonte à avant-hier.
Le téléphone se remet à sonner. Maintenant, Armande a peur d’un fantôme…

Médium / 9782211029896 / 0.00 € / Disponible

On a l'impression que Gabriel voit le monde de très haut. Il y a une sorte de cour autour de lui. Des amis qui viennent dans sa chambre de bonne, pour passer le temps et fumer des cigarettes. Des amis qui lui reprochent tous secrètement quelque chose. Les cadeaux somptueux qu'il offre, ses sautes d'humeur. Il ne m'aime pas, se répète Laura, sa petite amie. Pour qui il se prend, disent les autres. Et d'où tient-il son argent ? C'est peut-être un dealer. Le secret de Gabriel est ailleurs. Il est dans les aéroports, et dans le tableau accroché au-dessus de son lit. La seule personne à qui Gabriel pourrait en parler, c'est Samuel Pichet, qui ne fait partie d'aucune bande, et qui ne traîne jamais à la sortie des cours parce qu'il a un pacte avec sa petite soeur.

Classiques / 9782211090179 / 0.00 € / Disponible

Jane Eyre, une jeune orpheline d’une dizaine d’années, est recueillie par une tante acariâtre qui la transforme vite en Cendrillon. Traitée comme une domestique, en butte aux brimades et aux humiliations, Jane se rebelle et est envoyée dans une pension où elle finira par devenir professeur, avant d’entrer comme préceptrice au manoir de Thornfield, sous les ordres de l’inquiétant et fascinant M. Rochester.
Mais le manoir et son maître recèlent un terrible secret…
Coups de théâtre, rebondissements inattendus, hurlements de rire terrifiants dans un manoir hanté par une présence menaçante et cachée, incendies criminels, histoire d’amour maudit, fuites éperdues dans la lande ont assuré à Jane Eyre un succès immédiat et durable.
Publié en 1847 sous le pseudonyme de Currer Bell, le roman trouve son inspiration dans de nombreux épisodes de la jeunesse tourmentée de son auteur. Virginia Woolf dira de Charlotte Brontë : « Elle écrira dans la rage quand elle devrait écrire dans le calme. Elle écrira sottement quand elle devrait écrire sagement. Elle parlera   d’elle-même quand elle devrait parler de ses personnages. Elle est en  guerre avec son sort. »

Médium / 9782211041683 / 0.00 € / Disponible

Cette année, Basile passe ses vacances d'été en Provence. Il y retrouve son cousin Franck, qu'il a toujours admiré. Sauf que Franck a changé. Il dort seul dans le garage (où il a transporté un matelas et ses livres) et il tient Basile à distance. Ce dernier entend des propos étranges dans la bouche de sa tante : « spécialiste », « calvaire ».
Qu'importe, il va s'inventer un autre ami en la personne de Rémi. Le problème, c'est que tout le monde déteste Rémi. On murmure le pire à son sujet. Tant pis : Basile a décidé qu'il avait trouvé un nouveau cousin. Il fonce avec démesure. Jusqu'où ? On ne peut obliger personne à nous aimer. Surtout lorsque de lourds secrets s'emmurent dans le silence et la honte.
Retrouvez Basile dans « Halte aux livres ».

Médium / 9782211213646 / 0.00 € / Disponible

L’orphelinat d’Abbey Road ne s’est pas toujours appelé ainsi. Son véritable nom, il vaut mieux ne pas le connaître. Il vaut mieux ne pas poser de questions, non plus, ni sur ce sujet ni sur aucun autre. Sœur Ethelred n’aime pas que les enfants posent des questions. Elle dit que Dieu apportera toutes les réponses. Ses réponses à elle, ce sont les punitions. Ce soir, comme chaque soir, les pensionnaires ont dit leur prière et sœur Ethelred a coupé l’électricité dans le dortoir. Mais Joy ne peut pas dormir. Elle pense au souterrain que son amie Margarita a découvert sous l’abbatiale. Qu’y a-t-il au bout de ces couloirs qui sentent le soufre ? Pourquoi Prudence ne parle-t-elle plus depuis qu’elle les a visités seule ? De quoi a-t-elle si peur ? D’où vient cette étrange brûlure sur son bras ? Que cache le mince sourire de Lady Bartropp, la bienfaitrice de l’orphelinat ? Et pourquoi la petite Ginger chante-t-elle sans cesse une chanson en latin sans même s’en apercevoir ? Les réponses sont peut-être là, tout près, dans un autre monde.

Audren à propos de son livre :

« Margarita Von Straten… Je me suis réveillée un matin avec ce nom qui tournait en boucle dans ma tête. Je ne savais pas d’où il venait, mais je sentais qu’il fallait que ce personnage fasse partie de ma vie. Il FALLAIT que j’écrive l’histoire de cette fille. Au départ, j’ai cru que j’allais parler de la vie d’une fille toute maigre qui paniquait devant les changements de son corps d’adolescente. Puis j’ai compris que sa maigreur n’était pas le sujet de mon livre lorsque j’ai découvert qu’elle vivait dans un orphelinat tenu par des sœurs très sévères et qu’il se passait des choses plus qu’étranges dans les sous-sols et les jardins de l’abbaye… La suite s’est imposée à moi, comme d’habitude… le livre s’est écrit, malgré moi."
 

Médium / 9782211090339 / 0.00 € / Disponible

Quand le professeur d’arts plastiques a demandé aux élèves de constituer un dossier sur l’œuvre d’un peintre contemporain, Ariane a été la première à donner un nom. Julia Legohen, artiste majeure, fille spirituelle de Berthe Morisot et de Nicolas de Staël, réputée secrète et inaccessible.
Ariane la connaît pour avoir vu un petit tableau d’elle dans la chambre de sa mère. Elle aime son art. Sa vie l’intrigue. Il se trouve que Julia Legohen est sa grand-mère. Ariane ne l’a jamais vue. Pourquoi ? Quand elle pose des questions à sa mère, celle-ci se mure dans le silence. Pour dissimuler quelle blessure ? Les deux femmes ne se parlent plus depuis plus de seize ans. Pour masquer quel non-dit ?
Le professeur n’en revient pas quand Ariane lui annonce que l’artiste accepte de la recevoir pendant les vacances, chez elle, dans son île bretonne peuplée d’oiseaux et battue par le vent et les flots…

C'est en découvrant, dans la Bretagne où elle passe ses vacances et rêve de s'installer un jour, l'oeuvre de la peintre Judith Farro que Marie-Sophie Vermot a trouvé comment elle allait raconter l'histoire qu'elle avait sur le coeur depuis très longtemps. Une histoire sombre, violente et douloureuse de secret de famille, qui se trouve éclairée, comme en contrepoint, par les toiles pleines de lumière, de chaleur et de vigueur de la grand-mère de l'héroïne.

Médium / 9782211033251 / 0.00 € / Disponible

Ce soir, les parents d'Henri vont à l'opéra. Le front et les joues brûlants - il a une angine - il ouvre une porte d'armoire, et sa vie bascule. Dans la poche d'un veston de son père, il y a la photo d'une femme et ces mots : Anna qui t'aime. À la poursuite d'Anna, qui l'aimerait peut-être lui, Henri, s'il la trouvait, qui l'aimerait sûrement mieux en tout cas que sa mère aux yeux secs, Henri va se cogner dans un monde dont il ne soupçonne pas la dureté. Sur les marches de l'Opéra Bastille, il rencontre Waldo et Angela, il leur fait confiance, il a tort. La vie n'est pas comme dans les livres où il s'est toujours réfugié. La vraie vie est bête, et cruelle. Henri court à la catastrophe, le coeur rempli d'espoir et d'amour.

Théâtre / 9782211213233 / 0.00 € / Disponible

Cinq soeurs de dix à soixante-quinze ans, unies comme les cinq doigts de la main, sont recluses dans une maison vide, quelque part en Russie. Tous les jours, elles s’amusent à évoquer des secrets de leur passé commun, et certains sont dramatiques. Elles se chamaillent, se font peur, se rassurent, rêvent de mariage, jouent aux cartes, boivent de la vodka, chantent. Qu’attendent-elles ? Qu’on les délivre enfin ? Mais de quoi ? Mais de qui ? D’elles-mêmes, sans aucun doute.
CATHERINE : Vous pouvez pas vous imaginer, vous.
ELISABETH : Quoi ?
CATHERINE : Ce que c’est que d’avoir quatre soeurs.
CAROLE : Si si, on voit très bien.
CATHERINE : Oui, mais vous, y en a une, c’est moi.
SOPHIE : Et alors ?
CATHERINE : Et alors, elle s’occupe bien de vous, celle-là. Je voudrais bien vous y voir, sans elle.
CAROLE : Faut pas te croire irremplaçable !
CATHERINE : N’empêche que des fois, je me manque terriblement à moi-même !
ELISABETH : Tu peux pas être deux non plus.