Grégoire
Solotareff
Auteur/Illustrateur
Grégoire Solotareff est né en 1953 à Alexandrie, en Égypte, d’un père médecin d’origine libanaise et d'une mère peintre et illustratrice d'origine russe, Olga Lecaye. Il a passé son enfance en Égypte, puis au Liban et enfin en Île-de-France.

Il exerce d’abord la médecine puis décide de se consacrer au dessin et à l’écriture, et plus particulièrement
Grégoire Solotareff est né en 1953 à Alexandrie, en Égypte, d’un père médecin d’origine libanaise et d'une mère peintre et illustratrice d'origine russe, Olga Lecaye. Il a passé son enfance en Égypte, puis au Liban et enfin en Île-de-France.

Il exerce d’abord la médecine puis décide de se consacrer au dessin et à l’écriture, et plus particulièrement aux livres pour enfants. Il crée ses premiers albums en 1985 lorsque son fils réclame des images aux histoires qu'il raconte. Depuis cette date, il a publié plus de 150 livres pour la jeunesse, principalement à l’école des loisirs, traduits dans de nombreux pays d’Europe et d’Asie. Plusieurs de ses histoires ont été illustrées par sa sœur Nadja ou par sa mère, Olga Lecaye, poursuivant ainsi une complicité artistique initiée dans l'enfance.

En 2003, il adapte en moyen métrage d'animation son album, Loulou, en étroite collaboration avec le scénariste Jean-Luc Fromental, sous le titre Loulou et autres loups, composé de plusieurs courts métrages et réalisé par Serge Elissalde.

En 2006, il écrit son premier long métrage d'animation intitulé U, co-réalisé avec Serge Elissalde.
Le film sera adapté en album à l'école des loisirs.

En 2013, sort sur les écrans Loulou, l’incroyable secret, son second long métrage, co-écrit avec Jean-Luc Fromental et co-réalisé avec Eric Omond. Le film a reçu le César 2014 du meilleur film d'animation et a fait l'objet d'une adaptation en bande dessinée chez Rue de Sèvres.

Parallèlement à son activité d'auteur-illustrateur pour la jeunesse, il pratique assidûment la photographie.
Couleurs chez loulou et compagnie réunit quelques unes de ses photos. Il réalise également, dans un travail personnel en perpétuel développement, des modelages en terre ou en résine.

Une rétrospective de son travail a lieu au Japon, au Musée de l’art moderne de Gunma, en 2012.

Explorant avec la même passion tous les arts visuels, il a écrit une pièce-concert, mise en musique par Sanseverino, Isabelle et la bête.
Elle a été mise en scène par Véronique Bellegarde et créée en décembre 2012 à la MC2 de Grenoble. Il en a dessiné également les décors.

Quand il ne prépare pas une exposition de ses dessins, photographies ou sculptures (par exemple à l'Abbaye de Fontevraud en 2014 et à Angers), il dirige à l’école des loisirs la collection pour les tout-petits, loulou et Compagnie, qu'il a créée en 1994.

Il vit et travaille à Paris. En savoir plus
NE M’APPELEZ PLUS JAMAIS « DOCTEUR » A tous ceux qui se sont trompé de vocation, à ceux qui comprennent à trente ans qu'ils ont fait fausse route et rêvent de revenir à leurs premières amours, la vie de Grégoire Solotareff dit : Foncez ! Car sachez-le, mis à part quelques gribouillis dans les marges, quelques décors pour les fêtes de copains et autres caricatures, entre 12 et 30 ans, Grégoire n'a pas tenu un seul crayon dans ses mains. Il faut dire qu'il avait fait quelques provisions avant, du temps où avec ses trois frère et sœurs et leur mère, ils passaient leurs journées à dessiner, peindre et fabriquer des livres (voir Olga Lecaye). A l'âge des études, il choisit médecine, comme son père. Et s'il se rend bientôt compte que sa vraie vie est ailleurs, il décroche ses diplômes et exerce même pendant cinq ans, car tout ce que fait Grégoire Solotareff, il le fait jusqu'au bout. Et puis son fils naît. Et il se met à raconter des histoires, à les lui dessiner. Et son démon le reprend. C'est un démon. Il ne le laisse jamais en paix. Il le laisse insatisfait : « Par rapport à ce que j'imagine pouvoir faire, je ne sais pas dessiner. » Son ami Alain Le Saux le conseille, tout en le décourageant de se lancer. Il écoute les conseils. Il se lance. Les dessins agrandis et ragrandis à la photocopieuse de se débuts (que certains prenaient pour de la peinture sur liège) ont laissé la place, à partir de « Loulou », à des peintures de plus en plus épaisses, concentrées, contrastées, flamboyantes. Les thèmes se sont affirmés : ce sont des histoires de rencontres qui ne devaient pas se faire, d'amitiés impossibles, des histoires d'enfants solitaires et magiciens qui défient le monde des "Zaduls", et qui ne sont pas ceux que l'on croyait, des histoires d'amis, histoires d'amour, comme le souligne le sous-titre d' « Un jour, un loup ». « Plus que les choses, plus que les endroits, dit Grégoire Solotareff, ce sont les gens qui m'intéressent. Leur caractère visible, et puis celui qu'on découvre et qui est toujours différent. » Cette attention, cette perspicacité, peut-être aimerait-il qu'on la lui applique, lui qui a toujours peur de passer pour l'affreux jojo qu'il n'est pas (à cause de ses lunettes et de son air sévère ?), lui qui affirme sans fausse modestie : « Je pense que je suis plus intéressant que ce que je fais. » Ce qu'il fait est pourtant bien intéressant déjà... Une dizaine de ses albums ont créé la surprise et l'événement. Certaines de ses images fortes marquent les cœurs et les esprits, à l'égal des tableaux célèbres qu'il s'amuse parfois à citer : Mathieu seul sur sa falaise, face à l'immensité de la mer, l'oreille de « Mon petit lapin » tendrement enlacée à celle de son amoureuse, « Un loup » songeur appuyé au rocher, le « Diable des rochers » sanglotant au clair de lune... C’est parce qu’elles ont un sens profond, celui que leur confère le tempérament de conteur et de réinventeur de contes de leur auteur. Quant à l’humour, Grégoire est l’un des rares à l'avoir compris, il est aussi chez les enfants, la politesse du désespoir : « - Pourquoi as-tu les joues rouges ? demandent les parents - Parce que c'est ma couleur préférée. » répond l’un des héros de Grégoire Solotareff. Sophie Chérer. Extrait de L’Album des Albums, l’école des loisirs, 1997.
Partager

Laissez-nous votre email pour être prévenu de l'actualité de cet auteur

Suivre cet auteur