Thème « Viêtnam »

Albums / 9782211226066 / 0.00 € / Disponible

Un soir, loin là-bas en Orient, le père de Tuan l’avait chargé d’aller chercher leur buffle à la rivière car un tigre menaçant rôdait.
Quand Tuan arriva, il trouva les deux animaux en plein dialogue (c’était le temps où les bêtes parlaient).
Le buffle expliquait que ce qui l’attachait aux humains, c’était l’intelligence, cette chose mystérieuse qui remplace crocs, cornes, griffes et biscoteaux… Et le tigre, entendant ces mots, décida qu’il voulait l’avoir, lui aussi.
Et vite ! Alors, Tuan dut ruser et improviser…

Jean-Charles Sarrazin a vécu un an au Viêtnam, en 1987, où il étudiait les arts appliqués à l’université de Hanoï. Sa gratitude envers ce pays est profonde. Il voulait donc depuis longtemps lui rendre hommage en y situant une histoire : un conte ancien (mais toujours d’actualité) dans lequel Jean- Charles a remplacé un adulte, le maître du buffle, par un petit garçon.

Médium + / 9782211063654 / 0.00 € / Disponible

Il s'est fait des copains. Il travaille bien en classe. Il est poli et gentil. Il fait l'admiration de tous, parents et professeurs. On le donne en exemple. On dit qu'il est un modèle d'intégration. Il a treize ans et il mesure 1,38 m. Alors, pour rigoler, les autres l'appellent le nain jaune. Il est l'un des deux millions de Sud-Vietnamiens qui ont fui leur pays envahi par les troupes communistes du Nord en 1975. A l'époque, on les avait baptisés les boat people. Peu à peu, avec des moyens de fortune, sa famille a reconstruit sa vie en France, terre d'asile. Grâce aux rites, aux fêtes, aux bougies, aux photos, à l'encens, aux fruits de toutes les couleurs, elle enseigne au petit dernier à maintenir la tradition du bouddhisme. Lui, écartelé entre le passé et l'avenir, ne se sent ni intégré ni gardien des traditions. Il se sent perdu. Par éclairs, il revoit des images d'avant, des souvenirs de là-bas. Une barque sur l'eau calme, un pays entier à réapprivoiser, à rejoindre.

Médium + / 9782211069427 / 0.00 € / Disponible

« Ils vont regretter de m'avoir emmenée. Foi de Margaux. » Depuis des mois, Margaux rêvait de ce périple en Asie avec son père. Mais, pour cause de dépression paternelle, elle se retrouve à voyager seule avec cette famille de location au rabais à qui elle a été confiée : Ralf le père, Aline la mère possessive, et Jesse leur fille de 13 ans, rebaptisée illico « Supernigaude ». Si mal accompagnée, Margaux est bien décidée à n'apprécier sous aucun prétexte les charmes de l'Orient. Elle a beau freiner des quatre fers, les parfums de l'Asie lui chatouillent les narines, et les rues vivantes et colorées lui font de l'oeil. Le Vietnam l'appelle. De virées en échappées solitaires, Margaux succombe à ce pays si étrangement familier. Elle va y découvrir sa propre histoire.