Thème « interdit »

Filtre sélectionné :
13 ans et +
M + / 9782211096089 / 9.00 € / Disponible

Longtemps, Jack a fui. Il ne s’est pas présenté à un examen, il est descendu d’un train, il a quitté sa famille de gens biens, il s’est évadé d’un internat, d’une maison de correction, d’une caserne, il a passé une frontière. Il a fui les questions, les étiquettes, les brimades et les embrigadements. Il a fini par trouver refuge au coeur de la nature. Il est devenu berger. Taiseux, solitaire et attentif comme les bergers. Respectable comme eux. Il a rebâti une maison, construit ses meubles. Il élève des abeilles. Il veille sur le petit garçon de ses voisins. Il aime les fleurs, les livres et Natacha, une femme douce et rieuse. Tout est bien qui finit bien.
Mais les voilà qui le rattrapent. Ils ont lancé un détective privé à ses trousses.

M + / 9782211227858 / 16.00 € / Disponible

Tout brûle autour d’Iris. Ernest, son père, qu’elle a très peu connu, est sur le point de mourir. Avant de s’éteindre, il aimerait partager avec elle sa passion de la peinture et lui faire découvrir sa magnifique collection. Les plus grands noms de la peinture y figurent : Miró, Chagall, Picasso, Modigliani… Et sa dernière acquisition : Feu Couleur #1, d’Yves Klein.
Mais la mère d’Iris, avide et à court d’argent, n’entend pas laisser échapper une telle aubaine. À ses yeux, les tableaux ne sont rien d’autre que les sommes fabuleuses qu’ils représentent. Et elle est prête à tout pour faire main basse sur l’héritage.
Dans cette situation, Iris aurait tellement besoin de compter sur quelqu’un. Mais Thurston, son meilleur ami, a disparu du jour au lendemain, comme un feu follet. Alors, que va faire Iris maintenant que tout brûle ?

M + / 9782211029940 / 7.00 € / Disponible

Ned Wallis, après avoir commis ce qu'il considère comme une bêtise impardonnable, s'enferme peu à peu dans le mensonge et la culpabilité. L'amour de sa mère, une femme exceptionnelle, l'aidera à s'en sortir.

M + / 9782211204491 / 10.00 € / Disponible

Un jour, il y a longtemps, les parents se sont mariés. Ils ont fait le serment de s’aimer toujours, de rester fidèles, de se prêter secours.
Aujourd’hui, rien ne va plus. Plus de rires ni de chatouilles entre eux, plus de danse, plus de feu dans l’âtre. À table, maman avale de travers. Papa prend des chemins de traverse. Elle se plaint. Il se tait.
Camille et son petit frère Matthieu s’en tirent comme ils peuvent. Elle rêve qu’elle vole comme un oiseau, s’évade dans son jardin chéri. Lui s’enferme dans de brusques colères, des crises de somnambulisme.
Ne t’en fais pas, a dit le père. Camille s’en fait. Du souci, du mouron, de l’inquiétude. Il faut qu’ils restent ensemble, et que personne ne sache ce qui les divise.
Ce pacte-là, ce sont les enfants qui l’ont scellé. Ils vont le respecter. Coûte que coûte.

La villa Mont-Noir, le domaine où Marguerite Yourcenar a passé son enfance, est devenue aujourd’hui un lieu de résidence pour les écrivains européens. Quel meilleur endroit aurait pu accueillir Gisèle Bienne et l’inspirer pour ce roman sur la douleur d’aimer des parents qui se déchirent et les liens sacrés de la fraternité ? Car un des personnages principaux du livre est un jardin frémissant, comme celui où elle s’est promenée au mois de mai, parmi les jacinthes et les biches.

M + / 9782211083249 / 10.00 € / Disponible

« J'étais entrée dans la pièce pour chercher un livre que j'avais posé, et je me suis retrouvée nez à nez avec ma grand-mère qui avait plongé sa main dans le sac et qui, quand elle m'a vue, a fait un bond en arrière. Au lieu de poser une question ou de quitter la pièce, j'étais restée figée, fixant ma grand-mère comme si je la voyais pour la première fois.
Elle avait tenté de se justifier : - Ne fais pas cette tête, c'est ta maman qui m'a demandé de...
Je n'ai pas écouté ses explications. Jamais ma mère n'aurait demandé à quiconque de regarder dans son sac. Je l'ai toujours entendu répéter que son sac, c'était sacré, et que jamais personne ne devait y toucher. C'était son intimité, sa liberté, son argent, ses secrets.
Mamido a commencé à s'énerver : - Ne reste pas là avec ton air idiot. Le problème, c'est que je ne pouvais plus bouger.
Mes jambes ne m'obéissaient plus. Et des jambes qui décident de faire grève au moment même où elles sont censées vous protéger d'un danger, c'est très inquiétant. Ça veut dire que vous ne pouvez plus compter sur vous. Mes jambes ont fini par céder à mes supplications et elles m'ont littéralement propulsée hors de la pièce. Dans la précipitation, j'ai glissé sur le bord du tapis et je me suis retrouvée allongée dans le couloir, face contre terre, aux pieds de ma mère qui venait de quitter la salle de bains. Je n'ai rien dit à ma mère, je me suis contentée de pester contre le tapis. »