Thème « imprimerie »

Archimède / 9782211091589 / 0.00 € / Disponible

Ses recherches dérangent et déroutent. Dans l’Allemagne des années 1450, Gutenberg est accusé de sorcellerie par les ignorants, jalousé par les copistes, espionné par les rivaux, surveillé par l’Église. Son invention révolutionnaire, l’imprimerie, et tous les essais qui tendent à perfectionner sa technique, il doit les cacher scrupuleusement au fond d’un atelier discret. Il se confie pourtant aux deux enfants de sa voisine, Hans et Lotte, et leur montre ses outils. À leurs risques et périls. Car l’inquisiteur est aux aguets, et il est prêt à torturer pour percer le secret de Gutenberg et l’empêcher d’imprimer sa première Bible…

Médium + / 9782211072823 / 0.00 € / Disponible

Gutenberg, avec Fust, son complice et financier, fut l'un des vrais révolutionnaires de notre civilisation : l'inventeur de l'imprimerie. Ce sont eux qui nous ont permis à tous de lire et d'écrire.
Jean-François Bory, archéologue des lettres et poète, est retourné dans leur atelier. Il y a trouvé, entre de vieux rouleaux de papiers secs et inutilisables, des débris, des fragments d'imprimés et des séries incomplètes de caractères diffrents. Patiemment, savamment, avec humour, il a assemblé ces fragments, ces caractères. En voici le résultat.

médium documents / 9782211095686 / 0.00 € / Disponible

En 1434, les livres sont manuscrits et ne circulent pas. Les gens vivent dans la crainte de Dieu. 80 % d’entre eux sont analphabètes. En 1434, Johann Gutenberg a la trentaine. Il vit à Mayence et cela fait maintenant dix ans qu’il fabrique et poinçonne des pièces de monnaie. Il gagne peu d’argent, s’ennuie beaucoup et se lance dans la fabrique de reliques sacrées, un petit bout de métal frappé comme une pièce de monnaie qu’il vend une fortune aux milliers de pèlerins qui croient alors dur comme fer en ses vertus salvatrices. « Et si seulement il existait un moyen de produire des textes rapidement, en grande quantité, plutôt que des amulettes ? » Pour cela, il doit fabriquer des lettres à la place des amulettes, des milliers de lettres en plomb. Puis inventer une façon de les assembler pour former des lignes, des pages, et enfin des livres. Gutenberg était en train de concevoir l’imprimerie à caractères mobiles. Il lui faudra encore plusieurs années pour mettre en oeuvre son idée. Mais, pas à pas, obstinément, toujours à court d’argent, pressé par les créanciers, il parviendra à ouvrir la porte aux délices du savoir.