Leo
Lionni
Auteur/Illustrateur

Leo Lionni est né à Amsterdam en 1910. Son père est tailleur de diamants et sa mère chanteuse soprano. Tout petit, il observe et collectionne les animaux, les insectes et toutes sortes d'objets. Sa collection, très hétéroclite, le passionne bien plus que tous les jouets. Cette curiosité pour le monde animal, végétal et minéral ne l'a jamais quitté : « Allongé dans l'herbe, observant des tiges d'herbe qui deviennent arbres géants, ou insecte qui se transforme en

Leo Lionni est né à Amsterdam en 1910. Son père est tailleur de diamants et sa mère chanteuse soprano. Tout petit, il observe et collectionne les animaux, les insectes et toutes sortes d'objets. Sa collection, très hétéroclite, le passionne bien plus que tous les jouets. Cette curiosité pour le monde animal, végétal et minéral ne l'a jamais quitté : « Allongé dans l'herbe, observant des tiges d'herbe qui deviennent arbres géants, ou insecte qui se transforme en rhinocéros, je ressens le même étonnement que quand j'étais tout petit. Aujourd'hui encore, je peux arpenter une plage pendant des heures à la recherche d'un caillou parfaitement rond ou en forme de coeur ... » Bientôt ses parents partent pour les États-Unis, et Leo vit alors pendant deux ans chez ses grands-parents à Bruxelles. Il rejoint ses parents quelque temps après, et revient un an plus tard avec eux en Europe, pour s'installer à Gènes. Après ses études secondaires, il part pour Zurich où il étudie les sciences économiques. C'est de cette époque que datent ses premiers dessins et tableaux. De 1933 à 1939, Leo Lionni vit surtout à Milan et prend une part active à la vie artistique de la capitale lombarde. En 1939, il part pour les États-Unis, prend la nationalité américaine, et entre comme directeur artistique dans une agence de publicité importante de Philadelphie. C'est lui qui, le premier, fait travailler des artistes de renom tels que Léger, De Kooning, Calder, pour la publicité. Pendant toute cette période Leo Lionni mène de front sa carrière de directeur artistique et de peintre. En 1958, les principales villes des États-Unis accueillent tour à tour une exposition rétrospective de son œuvre. Le premier livre pour enfants de Leo Lionni, Petit-Bleu et Petit-Jaune, paraît en 1959. Cet ouvrage, très contesté à ses débuts, est devenu un classique. C'est sans doute un des rares exemples de livres pour enfants où l'abstraction formelle s'accorde magistralement au fond. Dans tous les livres pour enfants qu'il a écrits ou dessinés depuis, Leo Lionni s'efforce d'unir le texte et l'image, contenu et forme dans la plus grande « intimité » possible. En 1962, Leo Lionni revient en Italie. Il continue à créer des livres pour enfants, mais consacre une grande partie de son activité à l'art. Fidèle à sa trajectoire, il peint, sculpte et inventorie sa Botanique Imaginaire,

En savoir plus
LAISSEZ COLLER LES P’TITS PAPIERS Etre l'auteur d'un livre marquant, d'un livre inoubliable, du premier livre aimé par un enfant... Tel est le rêve de beaucoup d'écrivains, de presque tous les dessinateurs. Leo Lionni l'a réalisé. On peut mettre au défi quiconque de se promener dans une école maternelle de France, de Navarre et du reste du monde sans tomber sur des dessins, des peintures et des collages inspirés par Petit-Bleu et Petit-Jaune ». Cette histoire d'amitié exemplaire, toute simple, faite avec rien ( un rond bleu, un rond jaune, et une poignée d'autres formes ) est d'emblée devenue une référence et un classique. Leo Lionni est né en 1910 à Amsterdam, d'un père tailleur de diamants et d'une mère soprano. Rien d'étonnant à ce que ses œuvres ressemblent à des pierres précieuses et à des airs d'opéra. Emigré aux Etats-Unis en 1939, naturalisé américain, il devient directeur artistique d'une grande agence de publicité (il est le premier à y faire travailler des artistes, Calder, De Kooning, Fernand Léger) puis du magazine « Fortune ». Installé en Italie depuis une trentaine d'années, il est venu tard, et par hasard, aux livres pour enfants. Mais c'est là que se sont épanouies ses qualités de fabuliste. La technique de Lionni est à la fois rudimentaire et très raffinée : des papiers collés, qui représentent un mur, des rochers, des souris, des poissons, le fond de la mer, des arbres ... mais ces papiers sont marbrés, rehaussés de couleurs, soigneusement découpés ou déchirés, toujours chatoyants et mis en page avec humour. Une autre des spécialités malicieuses de Leo Lionni est de retourner, sans la moindre agressivité mais de façon extrêmement efficace, la « morale » de quelques histoires célèbres : Pierre Desproges, et quelques autres, avaient réglé leur compte, en leur temps, à certaines fables de La Fontaine. Mais il restait à tordre le cou à « La Cigale et la Fourmi », la plus outrageante pour tous les amoureux des arts et de la vie. C'est chose faite grâce à Leo Lionni et à son « Frédéric ». Frédéric est une souris qui ne fiche rien tandis que les autres amassent des provisions pour l'hiver prochain. Mais après la bise vient l'ennui contre lequel noisettes et grains de blé sont impuissants. Alors Frédéric déballe ses richesses à lui : du soleil, des couleurs et des mots, dont il se montre éperdument généreux, puisqu'il est poète... Le récit biblique du Jardin d'Eden et de sa malédiction est lui aussi revisité par Leo Lionni : « Au Jardin des lapins », le serpent tentateur se révèle un précieux allié et le vieux lapin en chef compréhensif finit par partager la pomme avec les désobéissants. Il arrive même à Leo Lionni, comme à tous les sages, de se montrer visionnaire : en 1989, « Tillie et le mur » fut la plus jolie et prémonitoire illustration de la chute du mur de Berlin.
Sophie Chérer. Extrait de L’Album des Albums, l’école des loisirs, 1997.
Partager

Laissez-nous votre email pour être prévenu de l'actualité de cet auteur

Suivre cet auteur