Carl
Norac
Auteur
Né à Mons en Belgique en 1960, Carl Norac écrit des livres pour la jeunesse dont la plupart sont publiés chez Pastel. Certains sont traduits en quinze langues.
Les mots doux, illustré par Claude K.Dubois, fut un best-seller aux U.S.A en 1998.
Les livres réalisés avec Louis Joos sont basés sur des voyages réels, en Norvège, en Indonésie, au Sénégal et au Québec.
Carl
Né à Mons en Belgique en 1960, Carl Norac écrit des livres pour la jeunesse dont la plupart sont publiés chez Pastel. Certains sont traduits en quinze langues.
Les mots doux, illustré par Claude K.Dubois, fut un best-seller aux U.S.A en 1998.
Les livres réalisés avec Louis Joos sont basés sur des voyages réels, en Norvège, en Indonésie, au Sénégal et au Québec.
Carl Norac est aussi un auteur de théâtre et de poésie pour adultes. Son recueil, Dimanche aux Hespérides, lui vaut une reconnaissance en Belgique et en France. Plusieurs prix littéraires et sa présence dans deux anthologies historiques récompensent cette publication. Grand voyageur, il parcourt le monde de l'Asie à l'Arctique. Carl Norac assure actuellement le cours d'Histoire de la Littérature au Conservatoire Royal de Mons, une école nationale pour les futurs comédiens. Il aime sillonner la France et la Belgique à la rencontre des enfants des écoles maternelles et élémentaires, pour y parler de ses livres et de ses voyages. Il vit à Olivet près d'Orléans. N'oublions pas qu'il est aussi le père d'une petite fée appelée Else. Carl Norac est ouvert au dialogue avec les enfants, les enseignants et ses lecteurs. En savoir plus
Depuis l’adolescence, j’ai deux passions : l’écriture et les voyages. Longtemps, je n’ai pas mêlé ces deux désirs. Je n’écrivais pas en voyageant. J’avais coutume de dire: "La beauté du monde me rend muet". Je craignais aussi de tomber dans le cliché de l’écrivain voyageur, aux "semelles de vent". J’ai donc commencé par sillonner plus de trente pays sans remplir une page de souvenirs. Mais, comme le disait si bien Nicolas Bouvier, "on ne fait pas un voyage, c’est le voyage qui nous fait".  Ainsi, au fil du temps, au rythme des pas, je me suis peu à peu rapproché d’une écriture qui soit en chemin avec moi. D’abord dans mes poèmes pour adultes, parus aux éditions de la Différence, ensuite dans mes albums pour enfants, des images vues, des visages entrevus ou aimés sont apparus sur les pages blanches. A force de traverser des paysages, j’ai senti que les paysages aussi me traversaient et que le besoin d’en parler était devenu évident. Aux éditions Pastel, beaucoup de mes livres sont inspirés par des pays qui m’ont marqué. Cœur de singe est un mélange d’Inde et de Chine. Le Québec et le Canada sont présents à la fois dans Le Rêve de l’ours, Le Sourire de Kiawak et Le Message de la baleine. L’espoir pélican est une allégorie de tous les paysages africains, mais ce sont mes séjours répétés dans les classes des villages du Sénégal qui m’ont donné envie de l’écrire. Un secret pour grandir se passe dans les couleurs du Maroc. Deux livres, dans cette veine, ont pour moi un écho particulier : Nemo et le volcan, tout d’abord, est inspiré d’un fait vécu. J’ai échappé de très près à la mort dans une éruption volcanique du Krakatoa, en Indonésie. Quant à Un loup dans la nuit bleue, c’est un récit qui m’est cher parce qu’il se passe dans une région où personne ne va, où j’ai trouvé des marins amis : les Troms, à la pointe glacée de l’Europe. Mais, bien sûr, le voyage pour moi, en écriture, est aussi imaginaire. Il m’a permis d’explorer un autre paysage, celui des sentiments, avec Les mots doux  ou de me promener jusqu’à La grande ourse sans autre passeport que la douceur des songes.
Partager

Laissez-nous votre email pour être prévenu de l'actualité de cet auteur

Suivre cet auteur